Ce site est géré par la Fondation de l’Armée du Salut. Il permet à quatre bénévoles qui participent régulièrement aux soupes à Lyon, Nice et Paris de partager les moments qu’ils passent auprès des personnes en difficulté. Naturellement, les idées exprimées dans le carnet de bord n'engagent que leurs auteurs.

Retrouvailles nuit de la solidarité, à Paris

(c) FADS - Distribution à la Nuit solidaire pour le logement

Nous étions, avec beaucoup d’autres associations, place de la République, le jeudi 21 février au soir, pour la « Nuit de la Solidarité » avec les personnes mal logées ou sans logement.

Sur un podium, des chansons, des discours, beaucoup d’ambiance sur la place, beaucoup de monde ! Et pour nous, beaucoup de sandwichs à distribuer, du thé, du café …

La soirée se prolongeant sur la nuit, il ne nous restait plus que quelques biscuits et surtout du café (le percolateur tournait sans interruption).

Dans toute cette foule, une tête connue s’approche de moi. Je l’avais vu souvent lors de soupes de nuit dans la rue. Nous nous reconnaissons mutuellement, avec surprise :

« Tiens ! Bonjour, ça va ? »

« Ca va bien … et vous ? »

« Ca va … »
Je continue :
« Vous ne me voyez plus au camion des soupes car je suis dans un autre lieu de distribution … »

« Moi, je viens plus beaucoup au camion, … j’ai trouvé du boulot, …. Et je suis dans un foyer …. »

« C’est une bonne nouvelle ça ! … »

Très réservé et très timide, il n’en dira pas plus. Il prend un café, je lui souhaite « bon courage, bonne continuation », et déjà d’autres personnes me sollicitent pour un café.

L’échange fut bref, mais la chaleur est passée ; il était autant ému de m’apprendre cette bonne nouvelle, que moi de l’apprendre.

Ce jeune homme, un temps SDF, a enfin trouvé un foyer, à quand un vrai logement ? Nous étions tous là ce soir, pour le soutenir, lui et des milliers d’autres dans la précarité.

soupesdenuit.com sur Facebook

Street Surrealism

- Mon amie la comtesse doit arriver d’un moment à l’autre.

- Hum, très bien mais je dois y aller, je suis de tournée ce soir.

- Vous savez, j’ai distribué aussi, c’était… euh, Emmaüs, oui c’est ça.

Vernissage dans une galerie des beaux quartiers de Nice. Je viens de sympathiser avec une charmante dame d’un certain âge, typique de la Côte d’Azur, fourrure et compagnie. Après tout les riches ont le droit de vivre aussi. Enfin bref. L’équipe de la soupe de nuit en connaît une autre de « Comtesse », c’est son surnom d’ailleurs, dû à un passé probablement mirifique. Pour l’heure elle habite dans une voiture, sur le parking constituant la dernière étape de nos itinérances nocturnes. Face à l’Intermarché du coin. Poésie urbaine. Au goût de béton armé.

Read more »

soupesdenuit.com sur Facebook

Halte d’un Voyageur

« Saviez-vous que la Lune est habitée ? La preuve, tous les soirs, on y voit de la lumière. » Les collègues de la soupe de nuit s’esclaffent. Je ne suis pas inscrit ce soir-là, mais en tant que voisin, l’envie de voir ce qui se passe est plus forte. Boire un café debout dans la rue, les surprises au détour d’une conversation, j’aime bien. Mieux ici que tout seul chez moi…

L’auteur de la blague est une nouvelle tête. Accent du Sud-ouest, belle gueule de gentilhomme XVIIIème siècle, de la prestance. Il nous remercie de notre gentillesse. Chacun de nous l’observe avec bienveillance et curiosité. Monsieur Steve enchaîne sur un petit solo de guimbarde. Public définitivement conquis ! Peu après, ayant sympathisés lui et moi (puisque je n ai « pas l’air trop con »…), il effectue sous mes yeux un tour de passe-passe ultra-rapide : il met dans ma paume ouverte une pièce de cinq centimes. Je dois l’empêcher de la reprendre en fermant les doigts. Il plonge alors sa main dans la mienne, avec une vivacité extraordinaire. Je referme la main. « Ouvre». Sûr de moi, je m’exécute. Une autre pièce est à la place.

Read more »

soupesdenuit.com sur Facebook

Besoin URGENT de bénévoles boulevard Ney

Notre action n’ayant débuté que depuis un peu plus d’un mois, nous n’avons pas encore un “socle” suffisant de bénévoles, car pour effectuer la distribution des repas dans de bonnes conditions, nous avons besoin de 6 bénévoles tous les soirs.

Certains jours, le coordinateur se retrouve avec seulement 3 ou 4 bénévoles; ils assurent, mais c’est “sportif!”.

Pour éviter cela, certains bénévoles viennent trois à quatre fois par semaine, mais leur dévouement aura des limites …. Nous avons donc un besoin urgent de forces vives!

Le lieu de distribution se situe 84 boulevard Ney, dans le 18ième, métro Porte de Clignancourt ou Porte de la Chapelle, PC3 Porte des Poissonniers.
Il y a un parking pour les voitures dans l’enceinte du centre.
L’action se déroule de 19h00 à 22h30.

Pour tout renseignement et compléter nos listes de bénévoles, vous pouvez contacter le Service du Bénévolat de l’Armée du Salut
par téléphone: 01 43 62 25 42 ou 01 43 62 25 60
ou par courriel: benevolat@armeedusalut.fr

Merci d’avance, de la part des bénéficiaires qui apprécient ce service de repas et de la part de toute l’équipe de bénévoles qui vous réserve un accueil chaleureux!

soupesdenuit.com sur Facebook

Echanges boulevard Ney

Nous retrouvons tous les soirs pratiquement les mêmes personnes; dès leur arrivée, des sourires s’échangent, des “Bonsoir Monsieur, bon appétit” fusent lorsque nous les servons, beaucoup de “Merci” en retour.

Lorsqu’on passe au milieu des tables pour remettre du pain ou servir thé et café, ils nous interpellent : “Ah, ce soir c’était bien bon!”, “et servi avec le sourire!”

“Ce soir, vous êtes en nombre!”, c’est donc qu’ils avaient remarqué que la veille, nous n’étions que quatre, à courir dans tous les sens, pour assurer le service!

Lorsqu’ils partent, nous leur souhaitons “Bonne fin de soirée”, “Bonne nuit”, auxquels certains répondent “Merci et bon courage pour la fin de la soirée”.

Il ressort des ces échanges qu’ils font attention à nous, comme nous, nous faisons attention à eux, pour les servir au mieux.
Les échanges ne sont pas toujours faciles, il y a beaucoup d’étrangers, jeunes pour la plupart, avec de timides “Merci” ou “Thank you”; mais le sourire est une langue universelle!

soupesdenuit.com sur Facebook

Second point de distribution à Paris

Café - (c) Stéphane Lehr 

Depuis un mois, nous effectuons une nouvelle opération d’aide alimentaire d’urgence: des repas chauds, servis à table, dans une salle. Cette salle se trouve dans une ancienne boulangerie militaire (entrepôts de farine), situé boulevard Ney, à Paris (18ième). Dans ce même lieu, se trouve un centre d’hébergement d’urgence, où dorment les personnes à qui nous servons les repas.
Pour cette action, l’Armée du Salut travaille en partenariat avec l’association ADOMA qui elle, s’occupe du centre d’hébergement.

Tous les soirs, un bus, mis à disposition par la RATP, achemine environ 180 personnes, en trois voyages, de la Place du Colonel Fabien, vers ce centre d’hébergement. C’est le dispositif “ATLAS”, piloté par la DDASS de Paris, en lien avec le Samu-Social, le 115, pour ce qui concerne l’hébergement: tous les jours, ces personnes appellent le 115 et s’inscrivent pour avoir une place dans le centre d’hébergement.
Ce dispositif ATLAS est en vigueur toute l’année, même l’été.

Tous les soirs donc, une équipe de bénévoles de l’Armée du Salut, coordonnée par un salarié, s’active pour effectuer trois services de repas, rythmés par les arrivées du bus.
Il y a d’abord la préparation, mettre à chauffer le plat principal, préparer du thé et du café en grande quantité, dresser les tables (eau, pain sel et poivre), rouler les couverts en plastique dans une serviette pour faciliter la distribution, …
Puis nous attendons l’arrivée du premier bus, vers 20h15, qui amène les 60 premières personnes. Chacune à leur tour, elles viennent prendre un plateau où nous déposons une entrée, une assiette servie en plat chaud (viande ou poisson et légumes), un laitage (fromage ou yaourt) et un dessert. Une fois tout le monde servi, nous nous éparpillons entre les tables pour proposer du thé et du café, avant de leur demander de libérer la salle pour préparer les tables pour l’arrivée du bus suivant.

Un mois, c’est peu pour nouer des liens, d’autant plus que les trois services s’enchaînent assez rapidement, mais ça commence … et les bénévoles qui avaient participé aux soupes de nuit dans la rue, avec le camion, ont retrouvé beaucoup de visages connus; ces personnes, à qui on distribuait un repas froid et une soupe dans la rue avant que les bus ne les amènent au centre d’hébergement, viennent maintenant directement pour prendre un repas chaud, assis à table.
Ils apprécient clairement la différence!

soupesdenuit.com sur Facebook

« Page précédentePage suivante »